Les livres

Préface de Philippe Delerm :

Flâneur buissonnier en Normandie moi-même, j’ai été touché par le travail de Nicole Leroux. Il s’agit bien de cueillettes, et, à travers les plantes les plus modestes en apparence, d’une façon de grappiller la vie, de réenchanter le réel au cœur de la nature. Par la fraîcheur de ses croquis aquarellés, Nicole Leroux renoue avec la tradition des amoureuses de la végétation que furent la néerlandais Maria Hofker ou l’anglaise Edith Holden. Peindre, c’est arrêter le temps, dans un jardin, dans un chemin, donner une petite éternité aux révélations les plus fugaces. Et puis il y a la saveur des mots, la cardamine ou l’aspérule, la marjolaine ou l’épilobe, et cette touche d’humour qui donne une légèreté jubilatoire à la quête: « la tanaisie, un parfum d’extravertie » ou encore « la bardane, l’ancêtre du velcro ». Dans ce joli petit livre, on se balade et on sourit, on apprend des choses sans effort et l’on traverse les saisons, dans les senteurs et les couleurs, en amitié avec la Normandie bien sûr, mais au-delà en communion avec une philosophie à la fois gourmande et subtilement franciscaine. Dans les petites choses, il y a le secret de la vie.

Pendant un an, dans tous les sens et par tous les temps, Nicole Leroux-Morlet a parcouru les neuf plus grandes forêts domaniales normandes lors de longues promenades solitaires.  Ecrivain et ethnobotaniste, elle met ici son regard de peintre au service de son écriture.

Son livre s’inscrit dans la ligne des nature writing, initiée par Henry David Thoreau. L’écriture marie la précision des observations et celle des ressentis intimes.

Récit d’une quête arborée.

Sur demande, il est possible d’organiser une dédicace ou un café littéraire autour du «  »nature writing »